top of page
  • Photo du rédacteurClaudia

Les Chroniques du futur - Le courrier de Jillibert - Lettre 1

Dernière mise à jour : 7 août 2023

Avant-Propos
​Sachant que tout projet, toute création part d’une simple pensée fugace qui nous traverse l’esprit, l’avenir peut se disséminer ainsi. Par un tas d’idées qui nous paraissent parfois saugrenues mais qui au fond nous fait particulièrement vibrer, se mettent en place un tas de petites actions qui finissent par donner de beaux projets et de grands changements. Ne dis-t'on pas qu’un fleuve est créé à la base par des gouttes de pluie, qui se rejoignent pour former un ruisseau puis une rivière? ​Et si tous ensemble nous nous mettions à rêver de notre futur pour le créer ?
Comme disait le vieux sage, si tu ne plantes pas de graines au printemps, ne t’étonne pas de ne pas récolter de beaux légumes en été. Attention pour un public non averti, ces textes contiennent une multitude de graines, à toi de ne prendre que celles qui correspondent à tes envies du cœur, rajoutent celles qui ne n’y sont pas et surtout n’oublie pas de les planter afin de créer ton jardin unique à toi. Ces petits textes tous légers ont pour but de faire rêver, réfléchir et surtout se laisser traverser par un potentiel futur rempli de merveilles et de bonheur.


Bonjour à tous,
Je me présente, je m’appelle Jillibert et je viens du futur. Je me permets de vous adresser ce courrier (Ben oui! Dans le futur on est maintenant capable d’envoyer des messages intertemporelles-transgalactiques. C’est même super facile pour nous!) afin de vous faire part de ce qu’est votre avenir, ou plutôt de ce qu’il pourrait être. Car au fond, chacun est libre de le créer à sa manière et c’est cela qui est magique avec la vie. Chacun peut apporter sa petite touche à cette toile qui est en train de se dessiner. Bon. Je me suis dit que cela pouvait vous donner un coup de pouce dans cette période de transition, car comme dirait mon grand-père, quand le brouillard tombe il est toujours bien d’avoir une petite loupiote d’allumer dans un coin pour pouvoir se repérer.

Pour commencer, j’avais bien envie de vous parler de moi. Donc voilà, j’ai 11 ans et je suis né dans une famille de 5 personnes : mon grand-père, ma maman et mon papa, ma grande sœur et moi. Je suis le petit dernier. Je suis né à une époque complètement différente de la vôtre, d’après ce que mon grand-père me raconte. D’ailleurs, ça a l’air pas mal coton votre histoire!

Dans ma vie, les jours s’écoulent, mais ne se ressemblent pas.

Mon grand-papa m’a expliqué que chez vous, il y avait des écoles où TOUS les enfants vont 5 jours par semaines et qu’il y a un programme définit pour tous selon les tranches d’âges. Alors ici, c’est radicalement différent. Déjà parce que l’on a compris que chaque être humain n’est pas venu sur terre pour faire le même « travail ». Bon ici, je vous avouerai que ce nom n’est plus vraiment utilisé, mais je l’ai trouvé dans un vieux manuscrit au fond d’un vide grenier où il y a noté dessus « dictionnaire ». Je trouve ce nom assez marrant à prononcer. D’ailleurs, je suis super fier d’avoir pu le caser dans mon texte. Enfin bref, je poursuis. Chaque enfant vient sur terre avec une manière de réfléchir qui lui est propre, des envies, des habilités et des facilités qui sont faites sur mesure avec ce qu’il va bien pouvoir trafiquer dans sa vie et amener au monde. Du coup, ce qui a été décidé (Bon il y a bien longtemps. Moi je n’étais pas là pour le voir et pour voter, mais mon grand-papa, oui.) c’est que chaque enfant pouvait être accompagné de manière unique. Du coup, une multitude d’écoles, de centres de bienveillance et de petits groupes d’accompagnement ont commencés à émerger pour accompagner les enfants dans leur développement unique. Et cela a tout changé sur terre, car quand tu commences dans la vie dans un milieu où on te dit que tu es unique, que tu as de la valeur tel que tu es et que même si Pépito est plus fort que toi en calcul mental cela ne veut pas dire que tu as moins de compétences ... euh oui pardon. Je ne vous ai pas présenté Pépito, mon meilleur ami qui habite la rue voisine et avec qui j’aime passer du temps.

En gros, on a arrêté de comparer les enfants par rapport à des barèmes, des notes et surtout entre eux.

On a commencé à valoriser ce dans quoi ils étaient doués, ce qui corrèle généralement à leurs envies, leurs passions et leurs intérêts. Eh ben, moi je peux vous dire que cela a permis de voir apparaître plein de petits génies dans tous les domaines! C’est vrai que lorsque l’on a confiance en nous et que l’on nous laisse explorer les sujets qui nous passionnent tout le temps que l’on souhaite et ben PAF, cela fait des Chocapics, comme dit mon papi (même si je ne sais pas du tout à quoi ressemble un Chocapic).

Bien sûr, pour cela il a fallu créer des structures différentes pour que chaque enfant puisse y trouver son compte. Certains enfants vont naviguer d’un centre à un autre en fonction de son développement. D’autres vont être complétement immergés dans une structure jusqu’à ce qu’ils se sentent prêt à la quitter. D’autres encore n’iront dans aucun groupe, car leur manière d’apprendre sera plus adaptée à un accompagnement individuel avec différents adultes. L’enfant peut aussi très bien papillonner d’un adulte à un autre, pour apprendre différentes tâches qui l’intéressent. Comme moi, par exemple, j’adore passer des journées entières à vadrouiller avec mon grand-père, ce vieux sage qui m’apprends plein de « tours dans son sac », comme il aime bien dire. Et en fait, si tu vas dans une structure, ce n’est pas forcément tous les jours de 8h à 17h. Tout est malléable et adaptable. En gros, il y a autant de parcours que d’enfants sur cette planète.

Les seuls dénominateurs communs que chaque individu rencontre dans son cursus sont la bienveillance, le respect de l’humain et la cordialité.

Ben oui, car maintenant on le sait que si tu commences à apprendre un truc que t’aime pas dans une ambiance de compétition où tu te sens nul et ben cela va prendre une plombe. Tu vas y perdre toute ton énergie (et l’énergie des adultes qui t’aident aussi) et tu vas l’oublier aussitôt après. Alors dans chaque apprentissage, on y met tout notre cœur pour que cela soit fun ! Déjà parce que l’on a fait des découvertes essentielles sur les capacités d’apprentissage et de mémorisation de l’enfant. Que s’il y a de la joie et de l’amusement, cela devient facile et rapide (c’est d’ailleurs le cas aussi chez l’adulte, mais cela me paraît suffisamment évident pour que je n’aie pas besoin de le mentionner).

Il y a encore quelque chose que j’aimerais bien expliquer ; c’est l’exploration et le choix. J’ai entendu dire qu’à votre époque, certaines personnes ne savent pas ce pour quoi elles sont douées, ni ce pour quoi elles sont venues sur terre. Elles s’en font même des nœuds au cerveau. Et ben, j’ai envie de dire que c’est plutôt normal vu le parcours scolaire que vous avez. Car ici, on laisse les enfants explorer tous les domaines qu’ils ont envie. On leur laisse le temps de le faire et surtout on leur laisse le choix. Ben oui, si tu laisses l’enfant choisir dès son plus jeune âge ce qu’il souhaite explorer et qu’il est accompagné par des adultes passionnés, il saura forcément ce qu’il aime ou non. Tu renforces ainsi son estime de lui-même et ces capacités de faire un choix. Car dans une structure où tu ne choisis rien et où ton programme est fait en fonction de ton âge, c’est super compliqué de savoir ce que tu aimerais faire plus tard et d’être autonome dans tes choix. Du coup, tu reprends l’entreprise familiale et tu te morfonds toute ta vie (bon ouais, d’accord. Je caricature un peu). Ces deux paramètres me semblent super importants! Après, cela ne veut pas dire que l’enfant fait absolument tout ce qu’il veut.

Il y a toujours un cadre dans tous les domaines pour lui apprendre les bases fondamentales de la vie en société dans le respect et la bienveillance.

Mouais! Je vois les pensées fuser dans votre esprit : ‘Et ben c’est nul! Il n’y a pas de challenge! Qu’est-ce qu’on doit s’ennuyer! Et alors, les gens ne savent pas tous lire et écrire ?’

Bon! Déjà, calmez-vous! Pas tous à la fois. Tout d’abord, sachez qu’il n’y a pas de meilleur challenge que celui que l’on a avec soi-même, comme dit ma maman (Eh oui, il n’y a pas que mon papi qui dit des trucs cool). Celui de se dépasser, d’aller plus loin, de développer, d’améliorer, de perfectionner, de polir, de lustrer, d’embellir (bon d’accord, j’arrête.) ses propres capacités. Nous n’avons pas besoin de nous comparer entre nous pour le ressentir. Même si nous aimons nous inspirer les uns des autres, mais ça, c’est un tout autre sujet. J’y reviendrai si vous êtes sages.

Concernant les apprentissages de bases comme l’écriture, la lecture et les calculs, et bien, en fait, tu seras surpris d’apprendre que chaque enfant arrive finalement à faire tout ça sans que ça soit dans un programme bien définit. Ben oui, car les enfants ont naturellement soif d’apprendre et quand, par exemple, ils voient un livre plein de couleurs et d’images, ils ont bien envie de savoir ce qu’est l’histoire. Ce qui naturellement, va les amener à avoir envie de lire. Pas besoin de forcer et de mettre la pression à coup de mauvaises notes.

Je vois d’ici votre tête. Vous vous demandez pourquoi il a été décidé de changer tout cela. Eh bien, je ne sais pas si vous avez remarqué (car selon mon papi, cela a commencé à votre époque), mais plein de gens ont commencé à tomber malade; dépression, burn out, problème cardiaque, troubles du sommeil, perte de repères, cancer, etc. Bref, ils ont remarqué que quelque chose ne tournait pas rond et ils ont commencé à se concerter pour savoir ce qu’il fallait changer. Les discussions n’ont pas concerné que le système scolaire, mais ça c’est encore tout un autre chapitre.

Bon voilà, je vous laisse. Pépito m’appelle pour aller jouer dehors. Il m’a promis de m’apprendre comment créer une toupie en bois et comment calculer les tours minutes grâce au poids et la vitesse de rotation. En ben ouais! Il n’y a pas que les adultes qui nous apprennent des trucs. On s’apprend plein de choses avec les copains-copines. D’ailleurs, j’ai envie de dire que nous aussi, on leur apprend pleins de trucs aux adultes. Cela va de soi et c’est le cas depuis bien longtemps !

À plus les amis.
Jillibert

P.S. : ah oui, j’allais oublié, j’avais surtout envie de vous dire de ne pas perdre espoir, car si vous pouviez avoir qu’un seul petit aperçu dans votre tête de ce qu’est notre vie maintenant, et ben vous sauriez que cela valait le coup.


Canalisé par Claudia
30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page